Author: ruamps (page 1 of 2)

En parcourant les rues d’Eragny-sur-Oise

Prix : 2,50 €

En vente auprès de l’association (se référer à notre page « Contact »).

Retour des prisonniers de la guerre 39/45

 Dessin d'un soldat Eragnien (Monsieur Courreges)

Monsieur Courreges, créateur et Président de L’association des prisonniers de guerre de la seconde guerre mondiale.







Retour des prisonniersle 02 septembre 1945, les prisonniers se réunirent sous une bâche, dans la cour d’une ferme, rue Bernardin de St Pierre.



Menu d’invitation et signatures de tous les convives

Menu du repas des prisonniers

Café Moriceau, rue Bernardin de St Pierre

Après la guerre, ils se réunirent souvent au café Moriceau, rue Bernardin de St Pierre.

Repas pour le retour des prisonniers

Etre enfant d’Eragny pendant la deuxième guerre mondiale

Témoignage de Madame LAMIT .

Café Quignon près de la gare

Mes grands-parents ont acheté le café QUIGNON en face de la gare. (Ce café qui avait pris le nom « le CAP VERT »n’existe plus). Après la guerre de 14 et mon père a revendu le café en  1958/59.

En 1939, il y a eu la mobilisation et le café a été réquisitionné pour mettre les soldats dans la salle. Après le départ des soldats français, les allemands sont arrivés et c’est après le départ des allemands qu’on a eu les classes dans cette salle.

Repas de soldat au café Quignon

Pendant la guerre il y avait beaucoup d’enfants, l’école HENRI FILLETTE était trop petite.  Il a fallu que mes grands-parents prêtent la salle de restaurant pour faire deux classes. Elle était grande, on mettait 200 couverts. Ils l’ont coupée en deux, ils ont mis une cloison, une classe d’un côté, une classe de l’autre. Ca devait être en 41/42.

Read more →

Madame Jacqueline LUNEL (LAMOTTE) témoigne

Témoignage recueilli par Mme PERON .

Mme Lunel était enfant à cette époque et ses parents tenaient l’auberge du « Goujon d’Eragny » situé le long du chemin de halage à l’endroit où l’on trouve une plaque marquant l’endroit où le corps d’un des membres de l’équipage a été retrouvé.plaque en mémoire des aviateurs anglais sur le chemin de halage

 

C’est son père qui est allé voir, quelques minutes après la chute de l’avion. A l’intérieur d’un morceau de carlingue il a découvert le corps d’un des occupants de l’avion. L’homme était mort. Il a récupéré ses papiers et son calot pour les rendre à sa famille quand l’occasion se présenterait. 

« Le lendemain, une dame est arrivée avec un bouquet pour le déposer sur le morceau de carlingue. Mais en voyant que les allemands étaient déjà sur place, cette dame a demandé à la petite fille que j’étais à l’époque, d’aller déposer le bouquet pour elle. C’est à ce moment que les allemands m’ont demandé pour qui était ce bouquet et m’ont emmenée. Mais ma mère s’est mise à crier ainsi que d’autres gens qui étaient sur place. Les allemands ont fini par me relâcher. Mais j’ai eu très peur. 

Après la libération, le maire et des anglais sont venus au « Goujon d’Eragny » pour récupérer les papiers et le calot de l’aviateur retrouvé devant l’auberge. Ma mère a correspondu avec les anglais. Des parents des aviateurs sont venus à Éragny et ont décidé de laisser les corps de l’équipage au cimetière d’Éragny pour qu’ils ne soient pas séparés. » 

C’est la mère de Mme Lunel, avec d’autres habitants de la commune, qui à l’époque a organisé une souscription pour financer la confection d’une plaque commémorative avec les photos des aviateurs.

T. M. J.Shervington (photo d'archive)

T. M. J. Shervington

   T. M. J. Shervington – Pilote officier de la Royal Air Force

Ronald G.Dennet

Sergeant Ronald G.Denne Mitrailleur de la Royal Air Force

Souvenirs d’un Eragnien 44 ans après

Texte de Monsieur Guichard  recueilli par Madame Annie DUNAT . 

6 Juin 1944 : entre 2 et 4 heures du matin, les premiers pas des alliés se sont faits sur les plages de Normandie. C’était le débarquement.

A Eragny,  les volets étaient clos, les habitants dans les abris, car au dessus du village, depuis le début de la soirée, les bombardiers alliés passaient sans interruption et la défense contre Avion (D.C.A.) occupante ne cessait de tirer.

Le  7 Juin, aux premières heures, les passages de bombardiers reprenaient, la D.C.A. continuait et un des avions fut touché en plein vol par un obus et disloqué en l’air, juste au-dessus du village.

Les bombes tombèrent, détruisant l’église, un hangar et sur les berges de l’Oise, une péniche sablière , mais aucune maison d’habitation ne fut touchée et il n’y eut pas de blessés.

Péniche coulée au bord de l'Oise

La plus grosse partie de la carlingue tombait dans la plaine de l’autre côté de l’Oise.

Le poste de pilotage tomba sur la Route Nationale, face à l’ancienne mairie, avec deux aviateurs à l’intérieur. Read more →

Monsieur EMILE raconte….

Texte de Monsieur EMILE recueilli par Madame Annie DUNAT .

Monsieur Emile avait environ 20 ans en 1944, résidait à Chennevières depuis 1938, arrivé de Lyon avec ses parents venus travailler dans la région. Recensé à la mairie de Conflans Sainte-Honorine pour être requis au S.T.O. et réfractaire, il était caché dans une ferme de Chennevières. Il y était occupé aux travaux des champs, principalement autour de la Ferme d’Eragny, en limite des communes d’Eragny, d‘Herblay et de Conflans. C’était à proximité de l’endroit d’où une femme avait envoyé un certain nombre de messages radio à Londres avant d’être arrêtée et déportée par les Allemands.3

Il était néanmoins inscrit à la Défense passive de Conflans, ce qui donnait des facilités pour la circulation de nuit…. Il était aussi Résistant dans un groupe de FTPF (Francs-Tireurs Partisans Français) dont il ne connaissait que deux autres membres, avec lesquels le point de rassemblement le plus fréquent était le chemin de la Haute Borne. Read more →

La chute d’un Lancaster à Eragny le 6 juin 1944

Texte de Monsieur BERLAND recueilli par Madame Annie DUNAT .

Pour le monde entier ce 6 Juin fut une journée mémorable.  A Eragny se déroula en plus un drame particulier.

 Nous dormions avec nos deux enfants à notre domicile 179 Route Nationale. Vers deux heures trente ou trois heures du matin un bruit d’avions nous réveilla. Où pouvaient-ils bien aller? Que comptaient-ils faire? Fallait-il descendre avec les enfants à la cave qui au moins, pour les éclats, pouvait nous servir d’abri? Le bruit s’amplifiant nous décidâmes de descendre. L’alerte avait sonné. Nous ne pouvions pas faire attendre à la porte un jeune couple et leur bébé. Ils étalent pris d’une peur panique et depuis une huitaine venaient s’abriter avec nous.

Quelques temps auparavant leur logement s’était abattu sur eux, dans la région de Rouen. C’était la famille Jacques qui depuis s’est fixée à Eragny. 

Un appareil puissant devait voler à basse altitude. Nous nous installions dans la cave (non envahie alors par les pommes de terre) quand un bruit assourdissant, une explosion suivie de quelques autres ébranlèrent le quartier. Read more →

Mme DENIS la cravatière

Madame DENIS

J’ai fait mon apprentissage trois ans à l’école de couture de Conflans. Quand je suis sortie, je n’avais pas de travail. Nous habitions Saint-Ouen l’Aumône. Maman faisait des cravates, elle avait commencé dans les années 50. Moi je m’y suis mise aussi. Il faut bien faire quelque chose.

A l’époque, c’était une personne elle-même cravatière qui recrutait des ouvrières à domicile.  Il fallait aller chercher les pièces de cravates chez elle à St Ouen l’Aumône et les rapporter finies.  Ce n’était pas loin évidemment, mais on n’était bien moins payé, c’est elle qui avait tout le bénéfice. Read more →

Mariages d’antan à Eragny mai 2013

Les mariés d'antan

VIVE LES MARIES…

Bravant le temps frais et les averses, près de deux cents personnes sont venues visiter l’exposition, « Mariages d’antan à Eragny » les 24/25/26 mai 2013, dans le cadre magnifique de la maison et du jardin Bernardin de St Pierre, mais ne dit-on pas  « mariage pluvieux, mariage heureux ». En tout état de cause, ceux qui sont venus ont beaucoup apprécié la présentation d’une nouvelle page d’histoire locale et n’ont pas été avares de compliments.

les 10 ans de Mémoires d'Eragny

les 10 ans de Mémoires d’Eragny

Inauguration de l'exposition

Inauguration de l’exposition

Read more →

Visite commentée d’Eragny mai 2012

Le samedi 5 mai 2012, l’association »Mémoires d’Eragny » a organisé une visite guidée de la partie la plus ancienne de la ville, pour les nouveaux habitants. Une « première » réussie, malgré une météo peu engageante !

Après une matinée sous la grisaille,  nous étions tout de même 20 au rendez-vous de 14h, devant le gymnase, pour une balade-découverte à pied de 2 heures30 environ. Encore une fois la chance nous a souri : Le soleil nous a accompagnés et réchauffés tout au long du parcours.

Une première halte au cimetière (monument aux morts de Mondovi, tombe des aviateurs alliés), avant de descendre dans le village sur la Place de la République (restes du château). Un petit détour, Rue de Saint-Ouen, pour découvrir la fontaine Ste Marie et la première boulangerie du village.

visite de la ville avec de nouveaux habitants

Dans la rue B. de St Pierre, on a remarqué les maisons des agriculteurs avec leur porte cochère qui s’ouvre sur une cour,  repéré les traces sur les façades d’anciens  commerces (épicerie le XXème siècle, charcuterie-café Fillette) vestiges de la vie du village que l’on a mieux saisie au regard de cartes postales anciennes.

Une pose au Prieuré, pour son cadre et son histoire liée à celle de Bernardin de Saint Pierre ; entre le jardin et l’église : l’ancienne école qui a fonctionné pour les filles jusqu’en 1933. A l’église nous avons évoqué la destruction de l’ancienne, le 7 juin 1944.

Nous avons ensuite emprunté la rue du Ru pour rejoindre l’Oise et apprécier les charmes du chemin de halage sous le soleil. La belle lumière de ce jour illustrait parfaitement l’engouement des parisiens qui venaient le Week-end taquiner le goujon, hébergés au « Sans Souci », au « Goujon d’Eragny ».

Sur le chemin de halage

Aucune fatigue ne se faisant sentir, nous avons poursuivi jusqu’à la Maison des Russes et la carrière. Retour par la rue de la Fontaine pour remarquer les excavations servant de caves au pied de la falaise. Une halte s’imposait au lavoir afin d’évoquer les laveuses de jadis.


Le lavoir

En remontant  par la rue de la gare, nous avons atteint la mairie et la gare. Retour par l’avenue Roger Guichard jusqu’au cimetière pour traverser la voie ferrée sur la passerelle afin de repérer, rue des écoles, l’emplacement de l’ancien moulin à vent qui figurait sur le plan cadastral de 1812.

 Les participants, un peu fatigués mais ravis, ont formulé le souhait que ces visites soient renouvelées pour découvrir d’autres visages de la ville.

La vie au quotidien sur le plateau d’Eragny (années 1950/60)

A Eragny, c’était la campagne ! On pouvait y cueillir pommes, poires, pêches, cerises…, s’étaler au soleil dans les champs, se mettre à l’ombre sous les arbres sauvages.

Il y avait aussi chaque été, les moissonneuses-batteuses qui venaient récolter les grains de blé dans les champs voisins. Après les moissons, au mois d’Octobre, il y avait les chasseurs qui n’hésitaient pas à tirer sur tout et n’importe quoi puisque même mon arrière grand-mère a failli recevoir du plomb à plusieurs reprises. C’ est pourquoi, les enfants étaient obligés de rester bien sagement à la maison.

Comme dans les petits villages, on s’ alimentait grâce à la venue de Gaston, le laitier, qui passait tous les soirs distribuer le lait frais de ses vaches, puis le « boulanger BOUFFARD » qui devait normalement venir avant midi, mais, étant souvent saoul, celui-ci ne venait pas avant 4 heures le soir, quand il venait !!!

Quand les marchands ne passaient pas, il fallait se procurer à manger « chez BLONDEAU », en face du passage à niveau, ou encore « chez VIELE » à la place du magasin de motos, Route Nationale, et le dimanche, au « XXème siècle », Place de la République, où le vin était fort apprécié.

Il y avait aussi « NOVA » dans son camion prénommé « Aimé » qui procurait un grand bazar (mercerie, bricolage…) en plus de l’alimentation. Il y avait aussi, chose impensable de nos jours, la venue de l’agent-payeur qui, à chaque début de mois, passait dans sa 2 CV pour distribuer les allocations familiales. Le voyez-vous faire tout Eragny aujourd’hui dans sa petite voiture ?

Témoignage de la famille BEAUFRERE recueilli par Alexandre MAHOUDEAU

Chauffage à l’école Henri Fillette années 1935/36

C’était un grand poêle cylindrique qui était au milieu de la salle de classe. On démarrait au  bois, puis du charbon, du boulet. L’hiver on était chargé de s’occuper de ça… et du décendrage. On avait de la sciure mouillée dans un seau, pour balayer correctement les cendres sur le sol.

Le bûcher, était au fond de la cour, vers la voie ferrée dans un local, où on entreposait le bois, les fagots, les bûches, il y avait même les cabinets au bout et un puits. Je l’ai connu le puits, j’ai même tiré de l’eau au seau. Il n’y avait pas d’eau courante à l’époque.

C’était les paysans du coin qui faisaient le bois de chauffage. Le bois venait aussi des vergers. Quand il y avait des arbres morts, ils n’étaient pas brûlés sur place, ils étaient récupérés, on ne perdait rien !!    Pour le chauffage de l’école, on apportait des fagots ou ce qu’on pouvait. La plupart des élèves étaient fils de paysans. On avait toujours du bois d’avance dans les familles.

En principe, c’était les plus grands de l’école qui allumaient le poêle, ils avaient douze ans à l’époque, ou bien c’était plutôt l’instituteur, pour des raisons de sécurité.

Monsieur LEVASSEUR

 

 

 

 

Château d’Ecouen mars 2008

 

Le 13 mars : Visite du Musée de la Renaissance à Ecouen.

Nous étions douze, le ciel gris, mais le château très intéressant.

  

 

 

« Eragny vous est conté, un dimanche dans le verger » mai 2012

Quelle idée de donner ce rendez-vous le 6 mai 2012 au bord de l’Oise, au 39 bis, Chemin de Halage pour des lectures de témoignages, et exposition de photos d’époque ! Il faisait un tel temps ce matin-là…que la plus pessimiste d’entre nous annonçait quelques flocons !

Heureusement,  les optimistes étaient majoritaires, ce qui a encouragé le soleil à se montrer dans le superbe jardin de Mme Bernard-Courrèges qui a accueilli les premiers visiteurs vers 14h, ravis de pouvoir profiter de cet écrin de verdure.

Lecture des panneaux

Les panneaux exposés, retraçant l’histoire de la ville et les jeux pour petits et grands (prêtés par la ludothèque), ont d’abord attiré l’attention des éragniens et de nombreux  promeneurs du chemin de halage venus des communes voisines.

Puis tout le monde a été invité à s’installer pour écouter les lectures de témoignages évoquant la vie du village et celle des  premiers arrivants sur le plateau.

Pendant l’interruption des lectures, café, thé ou boisson avec petits gâteaux ont permis à tous de lier connaissance.

Nous avions réservé 20 chaises… nous avons eu plus de 120 visiteurs au cours de l’après-midi! Même les chaises longues étaient de sortie !

A l'écoute !!!

Ils ont été nombreux à exprimer leur surprise de découvrir un si bel endroit au bord de l’Oise et n’ont pas caché le plaisir qu’ils ont éprouvé  durant ce « dimanche dans le verger, quand Eragny leur était conté», certains, demandant même un prochain rendez-vous.

Statuts

STATUTS

I : OBJET ET COMPOSITION DE L’ASSOCIATION

ARTICLE 1: FONDATION DE L’ASSOCIATION

 Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901, ayant pour titre :

Mémoires d’Eragny-sur-Oise

Cette association a pour buts :

  • De recueillir, inventorier, sauvegarder, et faire connaître tous les éléments de mémoire relatifs au patrimoine et à l’histoire locale d’Eragny sur Oise.
  • De favoriser et entretenir les liens entre tous les habitants de la Commune.

Sa durée est illimitée.

Elle a son siège social à : Eragny sur Oise

Il pourra être transféré par simple décision du Conseil d’Administration, la ratification par la plus proche Assemblée Générale sera nécessaire.

 ARTICLE 2 : MOYENS D’ACTIONS

Les moyens d’actions sont :

  • La tenue d’assemblées périodiques,
  • Toute action visant à développer, par l’association, les buts fixés à l’article I.

L’association est indépendante de tout organisme ayant un caractère politique ou religieux. 

ARTICLE 3 : ADHÉRENTS

L’association se compose de membres actifs et de membres de droit.

Membres actifs : Sont appelés membres actifs, les membres de l’association qui participent aux activités et qui contribuent activement à la réalisation des objectifs. Ils paient une cotisation annuelle.

Membres de droit : Peut être membre de droit, sur décision de l’Assemblée générale,  toute personne sollicitée et volontaire dont la présence est susceptible de conférer à l’association une compétence et une représentativité accrues.

Cotisation : la cotisation est fixée annuellement par l’Assemblée Générale sur proposition du Conseil d’Administration.

ARTICLE 4 : CONDITIONS D’ADHÉSION

Toute personne souhaitant adhérer à l’association doit pouvoir prendre connaissance des buts et des statuts de celle-ci. Aucune autre condition ne pourra lui être opposée.

Chaque membre prend l’engagement de respecter les présents statuts ainsi que le Règlement Intérieur de l’association s’il existe.

ARTICLE 5 : QUALITÉ DE MEMBRE

Aucun membre de l’association n’est personnellement responsable des engagements contractés par elle. Seul le patrimoine de l’association répond de ses engagements.

La qualité de membre se perd : 

  • par démission adressée par écrit au président,
  • par radiation pour non paiement de cotisation,
  • par l’exclusion prononcée par le Conseil d’Administration pour infraction aux présents statuts ou motif grave portant préjudice moral ou matériel à l’association.

Avant la prise de la décision d’exclusion ou de radiation, le membre concerné est invité, au préalable, à fournir des explications au Conseil d’Administration.

II ASSEMBLÉES GÉNÉRALES

ARTICLE 6 : DISPOSITIONS COMMUNES POUR LA TENUE DES ASSEMBLÉES GÉNÉRALES

Les Assemblées comprennent tous les membres actifs, à jour de leur cotisation.

Pour délibérer valablement les Assemblées Générales doivent comprendre au moins la moitié des membres présents ou représentés. Si le quorum n’est pas atteint, une nouvelle Assemblée Générale est convoquée dans le mois qui suit, et cette fois délibère quel que soit le nombre de membres présents.

Est électeur tout membre actif adhérant à l’association et à jour de ses cotisations.
Les feuilles de présence sont signées par chaque membre présent.

Les membres présents ne peuvent être porteurs que de deux pouvoirs.

Les ordres du jour sont fixés par le Conseil d’Administration.

Les Bureaux sont ceux du Conseil d’Administration.
Seules sont valables les résolutions prises par les Assemblées Générales sur les points inscrits à l’ordre du jour.
Les procès-verbaux sont signés par le Président et le Secrétaire. 

ARTICLE 7 : ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ORDINAIRE

Elle se réunit au moins une fois par an.

Les convocations mentionnant l’ordre du jour sont envoyées par lettres ordinaires à tous les membres au moins quinze jours avant la date fixée.

L’Assemblée délibère et statue sur les différents rapports, en particulier :

  • Le rapport moral du Président,
  • Le rapport d’activité,
  • Le rapport financier et le budget prévisionnel,
  • Le rapport des vérificateurs des comptes

Elle renouvelle les membres du Conseil d’Administration.
Elle élit 2 vérificateurs aux comptes (non membres du Conseil d’Administration)

Elle fixe le montant de la cotisation annuelle.

Les délibérations sont prises à la majorité des voix des membres présents et éventuellement représentés à l’Assemblée.

Le vote à main levée est de règle sauf si le quart des membres présents demande un vote à bulletin secret. Pour la désignation des personnes, inversement, le vote à bulletin secret s’impose.

ARTICLE 8 : ASSEMBLEE GENERALE EXTRAORDINAIRE

Elle se réunit sur convocation du Conseil d’Administration ou sur la demande du quart des membres de l’association.

L’Assemblée Générale Extraordinaire statue sur les questions qui sont de sa seule compétence à savoir les modifications à apporter aux présents statuts, la dissolution, ou des circonstances graves.

Les délibérations sont prises obligatoirement à la majorité des deux tiers des membres présents ou représentés à l’Assemblée  Générale Extraordinaire. 

En cas de dissolution, l’Assemblée Générale Extraordinaire désigne un ou plusieurs Commissaires chargés de la liquidation des biens de l’association.

Elle attribue l’actif net, conformément à la loi, à une ou plusieurs associations poursuivant les mêmes buts. En aucun cas, les membres de l’association ne peuvent se voir attribuer en dehors de la reprise de leurs apports, une part quelconque des biens de l’association.

III – ADMINISTRATION et FONCTIONNEMENT 

ARTICLE 9 : CONSEIL D’ADMINISTRATION

Le Conseil d’Administration de l’association se compose de 9 à 15 membres, élus au scrutin secret pour trois ans par l’Assemblée Générale des électeurs prévue à l’alinéa suivant.

Est éligible tout membre actif, âgé de seize ans au moins au jour de l’élection, ayant adhéré à l’association depuis plus de 3 mois et à jour de ses cotisations.

Les candidats n’ayant pas atteint la majorité légale devront, pour pouvoir faire acte de candidature, produire une autorisation parentale ou de leur tuteur. Toutefois, la moitié au moins des sièges du Conseil d’Administration devront être occupés par des membres actifs ayant atteint la majorité légale et jouissant de leurs droits civils. En outre, tous les membres du bureau devront être choisis parmi les membres élus ayant atteint la majorité légale.

Le Conseil d’Administration se renouvelle par tiers chaque année.

Les membres sortant sont rééligibles.
Les premiers membres sortants sont désignés par le sort.

Les membres de droit siègent au Conseil d’administration où ils ne peuvent constituer plus du quart de l’effectif.

Le Conseil d’Administration élit chaque année au scrutin secret son bureau comprenant le Président, le Trésorier, le Secrétaire et éventuellement un ou plusieurs Vice-Présidents, un Trésorier-adjoint et un Secrétaire-adjoint.

En cas de vacance, le Conseil d’Administration pourvoit provisoirement au remplacement de ses membres. Il est procédé à leur remplacement définitif par la prochaine Assemblée Générale. Les pouvoirs des membres ainsi élus, prennent fin à l’époque où devrait normalement expirer le mandat des membres remplacés.

ARTICLE 10 : RÔLE DU CONSEIL D’ADMINISTRATION

Le Conseil d’Administration se réunit au moins une fois par trimestre et chaque fois qu’il est convoqué par son Président ou sur la demande du quart de ses membres.
La présence de la moitié des membres du Conseil d’Administration est nécessaire pour la validité de ses délibérations.
Les délibérations sont prises à la majorité des membres présents. En cas d’égalité, la voix du Président est prépondérante.
Tout membre du Conseil d’Administration qui aura, sans excuse acceptée par celui-ci, manqué à trois séances consécutives, sera considéré comme démissionnaire.
Les membres du Conseil d’Administration ne peuvent, en leur qualité, recevoir de rétribution.

Il est tenu procès verbal des séances. Les procès verbaux sont signés par le Président et le Secrétaire après adoption par le Conseil d’Administration..

Seules les questions à l’ordre du jour peuvent faire l’objet d’un vote.

Le Conseil d’Administration est investi d’une manière générale des pouvoirs les plus étendus dans la limite des buts de l’association et dans le cadre des résolutions adoptées par les Assemblées Générales.
Il se prononce sur les éventuelles mesures d’exclusion ou de radiation des membres.
Il contrôle notamment la gestion des membres du Bureau et a toujours le droit de se faire rendre compte. Il peut en cas de faute grave, suspendre les membres du Bureau à la majorité.
Il fait ouvrir les comptes en banque, effectue tous les emplois de fonds et sollicite toutes les subventions.
Il autorise le Président et le Trésorier à faire tous actes, achats, aliénations et investissements reconnus nécessaires, des biens et valeurs appartenant à l’association et à passer les marchés et contrats nécessaires à la poursuite de ses buts.

ARTICLE 11 : RÔLE DU BUREAU

Le Bureau de l’association est investi des tâches suivantes :

Le Président dirige le Conseil d’Administration, représente l’association en justice et dans tous les actes de la vie civile, il peut après avis et approbation du Conseil d’Administration déléguer occasionnellement ou temporairement, ses pouvoirs à un autre membre du Bureau.

Le Secrétaire est chargé de la correspondance, notamment de l’envoi des diverses convocations; il rédige les procès-verbaux et en assure la sauvegarde.

Le Trésorier tient les comptes de l’association, il effectue tous les paiements et perçoit toutes recettes en accord avec le Président.
Il tient à jour la comptabilité conformément au plan comptable.

IV : RESSOURCES DE L’ASSOCIATION – COMPTABILITE.

ARTICLE 12 : RESSOURCES DE L’ASSOCIATION

Les ressources de l’association se composent :

  • des cotisations des membres.
  • des subventions auxquelles elle peut prétendre.
  • du produit des fêtes et manifestations.
  • de toutes autres ressources conformes aux lois en vigueur.

V : REGLEMENT INTERIEUR – FORMALITES ADMINISTRATIVES 

ARTICLE 13:

Pour tout ce qui concerne la vie et le fonctionnement de l’association et qui n’est pas précisé aux présents statuts, il sera établi un règlement intérieur.

Le Conseil d’Administration a qualité pour rédiger le texte de ce Règlement, immédiatement applicable, qui devra néanmoins être ratifié par la plus proche Assemblée Générale.

ARTICLE 14:

Le Président, au nom du Conseil d’Administration, est chargé d’effectuer toutes les formalités de déclaration et de publication prévues par l’article 3 du décret du 16 août 1901 portant règlement d’Administration publique pour l’exécution de la loi du 1er juillet 1901.

Les présents statuts ont été adoptés le, 25 Janvier 2011.

 

La Secrétaire                                                              La Présidente

Christiane RUAMPS                                                  Jacqueline MOLINIER-ROUSSEL

 

Source Sainte-Marie (square)

Au début du siècle, Mme Gougerot, demeurant à cet endroit, emportait des bouteilles d’eau (qui avait une excellente réputation à l’époque!)  pour les vendre en même temps que ses légumes au marché de Neuilly-sur-Seine.

En 1928, cette source fut mise en valeur par Monsieur Farcy, lors de la construction de la première boulangerie du village. Il lui donna le nom de « source Sainte Marie » pour évoquer le prénom de son épouse.

Papeterie (rue)

Ce nom est lié à l’ancienne usine de transformation de papiers qui a fonctionné  des années 20 aux années 1970.

 Les calandres étaient  de puissantes presses à cylindres qui lissaient le papier préalablement enduit pour produire un papier glacé dit « papier couché ». Il reste la salle des calandres, réaménagée en salle pour les manifestations culturelles de la commune. Cette salle a été dénommée en décembre 1998 « Espace des Calandres ».

L’autre bâtiment d’origine abrite le Théâtre de l’Usine.

usine papeterie°°

Moulin (rue)

Un moulin se situait à cet endroit. Sur le plan cadastral napoléonien 1812, deuxième planche de la section G « du village », le copiste poursuit le tracé de la lettre L qui localise le quartier du Moulin par quelques pointillés qui aboutissent au dessin circulaire du moulin.    Le meunier demeurait dans l’unique maison qui se trouvait en bordure du chemin de Conflans à Saint-Ouen, maintenant la route Nationale.

Le moulin figure aussi sur la carte d’Etat Major 1818/1824.

carte Eragny moulin 001

Source : Plan d’intendance ou cadastre de Berthier de Sauvigny 95218-95450 Eragny-Neuville 1782

(ADVO 25Fi 44, reproduction CG95/Dac/SDAVO)

Halage (Chemin)

Chemin au bord de l’Oise où jadis, des chevaux et, parfois, des humains tiraient les péniches dépourvues de moteur avant l’arrivée des remorqueurs.

À partir des années 1930, plusieurs établissements proposaient chambres ou restauration  aux nombreux Parisiens venus  le week-end en train pour taquiner le poisson : la Petite Rôtisserie (ex Rendez-vous des Pêcheurs), les Romarins, le Sans Souci, le Goujon d’Eragny. Deux d’entre eux sont toujours en activité.

CHEMIN DE HALAGE1

CHEMIN DE HALAGE2

 

 

La Fontaine (rue)

lavoir d'Eragny Rue où se trouve le lavoir. Le lavoir d’Eragny est alimenté par une source qui s’écoule dans le Ru et rejoint l’Oise. Cette source avait la réputation de ne pas geler l’hiver, ce qui expliquait la présence de laveuses venant de Neuville ou de Chennevières. Des années 20 aux années 50 il a été fréquenté par des laveuses « professionnelles ». Celles-ci lavaient le linge des Parisiens venant passer leur week-end à Eragny.

A propos des lavoirs : Au XIX siècle, choléra, variole et typhoïde font des ravages. Il apparaît nécessaire de supprimer au plus vite les causes d’infection.     La création des lavoirs résulte d’une prise de conscience collective de l’importance de la salubrité publique et des principes élémentaires d’hygiène. Dès lors, ils sont considérés comme indispensables à la vie de la cité. C’est après 1850 que les lavoirs firent vraiment et partout leur apparition, les lavoirs tels que nous les connaissons : aménagés et couverts, édifiés près d’une source ou au bord d’un cours d’eau.

Source ARPE Conseil Général du Val d’Oise

HOUSINGER Lavoir