Texte de Monsieur CATTEAU recueilli par Madame Annie DUNAT .

Monsieur Catteau habitait et habite toujours rue Bernardin de Saint Pierre près de l’église.

La nuit du 6 juin 1944, il se souvient d’abord de sa grande terreur

Quand il a été projeté à l’autre bout de sa chambre par le souffle de l’explosion. Sa mère l’a arraché de sous son lit ou il s’était réfugié pour le mettre à l’abri dans la cave.

Autre souvenir qui vient très vite: la poussière qui avait tout envahi. Ils ont d’abord vainement cherché le coq du clocher sur la place ou s’était abattu ce clocher avant de le trouver au pied même de 1’église. Deux des aviateurs étaient tombés dans son jardinet le jardin voisin et le lendemain matin malgré la garde allemande ce fut le défilé des curieux. Un de ces aviateurs avait une belle chevalière. Un des soldats allemands s’est approché avec un sécateur… Devant les protestations indignées il s’est contenté de récupérer plus discrètement la bague.

A propos de chevalière un habitant de Cergy, ou était tombée la queue du Lancaster se souvient lui aussi d’un fait.

Le 7 juin 1944, dans la queue de l’avion il a vu un des aviateurs les mains encore crispées sur sa mitraillette. Sur ces mains un détail l’a frappé: cet aviateur avait une belle chevalière.

Le lendemain en repassant devant l’avion il a constaté que cette chevalière avait disparue.